CEDEAO

Réunion de la Task Force de la CEDEAO sur la monnaie unique : « Nous devons aborder la question de l’échéance avec réalisme et responsabilité », déclare le Président de la République

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a présidé mardi, 24 octobre 2017 à Niamey, la 4ème Réunion  de la Task Force Présidentielle sur le programme de la monnaie unique de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
Cette réunion s’est déroulée en présence notamment des Présidents du Ghana SEM Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, du Nigéria SEM Muhammadu Buhari, de  Côte d’ivoire SEM Alassane Dramane Ouattara et  du Togo SEM Faure Essozimna Gnassingbé, également Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO.
Dr Marcel De Souza, Président de la Commission de la CEDEAO, également membre du Haut Comité  sur la monnaie unique, a également pris part à cette importante rencontre.
La Session Extraordinaire au sommet de l’Organisation tenue à Dakar (Sénégal) le 23 octobre 2013, rappelle-t-on, avait désigné, dans le cadre d’un Haut Comité, SEM Issoufou Mahamadou  et SEM Nana Akufo Addo, pour superviser le processus de création de la monnaie unique de l’espace communautaire.
Le Comité  a ensuite été élargi aux Présidents de la Côte d’ivoire,  du Nigéria et  du Togo, assurant la Présidence en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO.
Dans une intervention préliminaire,  Dr. De Souza a salué la « clairvoyance du Chef de l’Etat SEM Issoufou Mahamadou, pour avoir réussi à réunir  autour de lui les autres  membres du Comité, malgré l’abondance de leurs calendriers respectifs».
Ouvrant  les travaux, le Président de la République a  déclaré que pendant que « nous travaillons à renforcer l’intégration de nos Etats dans tous les domaines, des forces centrifuges et obscurantistes rament à contre-courant et cherchent à déstabiliser nos Etats par des actes de terreur et de barbarie ».
« Nous devons condamner fermement ces actes, et déplorer les pertes en vies humaines subséquentes », a-t-il affirmé, indiquant que les bilans terrifiants des récentes attaques et attentats survenus à Mogadiscio en Somalie, à Maiduguri au Nigéria, à Tongo Tongo et Ayorou au Niger, sont une parfaite illustration du drame qui se joue dans nos pays ».
Le Chef de l’Etat a par ailleurs révélé  qu’à l’issue de l’évaluation de la mise en œuvre de la feuille de route sur la monnaie unique, « le Conseil de Convergence, lors de  sa réunion du 17 janvier 2014, a fait ressortir de nombreux défis qui exigent l’abandon de l’approche à  deux vitesses, pour aller directement à la création d’une monnaie unique en 2020 ».
Pour ce faire, a-t-il dit, les Chefs d’Etat ont convenu de mettre en place chacun un Comité d’experts dont la mission est de les assister dans la conduite de ce projet, ainsi que de se réunir de manière alternée au Niger et au Ghana, afin de constater l’état d’avancement du programme.
La mise en place d’une monnaie unique « est à la fois une décision économique et politique, les enjeux sont importants et les défis multiples et redoutables’’, a dit SEM  Issoufou Mahamadou.
Une monnaie unique, en réduisant les coûts des transactions, en faisant converger les taux d’inflation, et en assurant la transférabilité des capitaux, renforcera les échanges des biens et des services, amplifiera la croissance économique et donc, la prospérité des peuples de chacun de nos pays, a-t-il  souligné.
« Nous devons aborder la  question de l’échéance de la monnaie unique avec réalisme et responsabilité », car les  remises en question répétitives des dates de l’avènement de notre monnaie unique, même si elles se justifient, peuvent développer une lassitude et installer un scepticisme dans l’esprit de nos concitoyens ».
SEM Issoufou Mahamadou a suggéré la mise en « circulation à partir de 2020 » d'une monnaie unique au sein des pays de la CEDEAO « qui sont techniquement prêts ».
L'adhésion des autres Etats pourrait se faire « au fur et à mesure », a-t-il dit.
« Nous devons tout mettre en œuvre pour le respect de  la date de 2020, même si nous devrions commencer par une formule novatrice. Par exemple est-il possible d’envisager, suivant une approche gradualiste,  la création formelle par les Etats qui sont techniquement prêts en terme de convergence macroéconomique, d’une monnaie unique qui pourrait circuler comme une unité de compte à partir de 2020, dans un système de compensation dont la mise en place pourrait  provenir d’une harmonisation des systèmes de paiements ?Dans cette hypothèse, les transactions importantes entre les opérateurs économiques de la Communauté seront libellées dans cette monnaie, ainsi que la tenue de  leur  comptabilité. La circulation des signes monétaires pourrait intervenir à une date ultérieure et l’adhésion des autres états se ferait au fur et à mesure de leur aptitude à respecter les critères de convergence. », a expliqué le Chef de l’Etat.
La  réunion a été sanctionnée par un communiqué final  dans lequel les Chefs d‘Etat ont proposé une piste pour contourner les gros problèmes de convergence économique et financière entre les Etats : « une approche graduelle privilégiant un démarrage avec les pays qui respectent les critères de convergence. »
Les chefs d'Etat ont également réaffirmé leur « engagement à la poursuite et l'accélération de la réalisation de l'agenda de l'intégration économique et monétaire », et demandé au comité ministériel de la CEDEAO de « se réunir dans un délai de trois mois pour proposer une nouvelle feuille de route en vue d'accélérer la création de la monnaie unique en 2020 ».
Lire l’intégralité du discours prononcé par le Président de la république à l’ouverture de cette réunion.

Fichier attachéTaille
Fichier discours_prn_monnaie_unique_final.docx96.29 Ko
Catégories: 

Réunion sur la monnaie unique de la CEDEAO : Les présidents ivoirien et ghanéen sont arrivés lundi en fin d’après-midi à Niamey

SEM Alassane Ouattara, Président de la République de Côte-d’Ivoire et SEM Nana Akufo Addo, Président de la République du Ghana sont arrivés, successivement, à Niamey, lundi en fin d’après-midi, 23 Octobre 2017.
Ils ont été accueillis à leur descente d’avion par le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou avec lequel ils ont, séparément, un entretien en tête-à-tête au Salon d’honneur de l’Aéroport International Diori Hamani.
Les Présidents ivoirien et ghanéen prendront part mardi, 24 Octobre 2017, dans la capitale nigérienne, à la 4ème réunion de la Task Force Présidentielle sur le Programme de la monnaie unique de la CEDEAO.
Le Président de la République Fédérale du Nigeria, SEM Muhammad Buhari  et celui de la République du Togo SEM Faure Gnassingbé, sont attendus mardi matin dans le même cadre.
Cette réunion sera placée sous la présidence de SEM Issoufou Mahamadou.

Catégories: 

Le Président de la République s’est entretenu vendredi avec le Président du Parlement de la CEDEAO

Le Président de la République, Chef de l’État, SEM Issoufou Mahamadou, s’est entretenu vendredi, 6 octobre 2017, avec le Président du Parlement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), SEM. Moustapha Cissé Lo.
À l’issue de cette rencontre, M. Moustapha Cissé a indiqué avoir remercié le Chef de l’État pour les actions qu’il mène à la tête de l’État du Niger malgré les contraintes liées à la sécurité.
L’entretien a porté sur les préoccupations du Parlement de la CEDEAO, les questions monétaires et la migration, a-t-il souligné, ajoutant avoir porté à la connaissance du Président Issoufou Mahamadou de « notre souhait de l’inviter présider une importante réunion du Parlement sur les questions migratoires ».
L’entretien s’est déroulé en présence du Président de l’Assemblée Nationale du Niger, SEM Tinni Ousseini.

 

Catégories: 

Ouverture du Forum des Premières Dames de la CEDEAO en présence des Présidents Issoufou Mahamadou et Faure Eyadema

Une importante rencontre régionale dénommée « Forum des PREMIERES DAMES de la CEDEAO » a débuté jeudi matin, 5 octobre 2017 au Palais des Congrès de Niamey sous le haut patronage de SEM Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l’Etat, en présence notamment du Président togolais, SEM Faure Eyadema, Président en exercice de la CEDEAO, arrivé le même jour dans la capitale nigérienne.
Ce forum initié et co-organisé par le Département des Affaires Sociales et Genre de la Commission de la CEDEAO et le Cabinet de la Première Dame du Niger, Dr Malika Issoufou Mahamadou, avec l’appui de plusieurs partenaires intervenant dans le domaine de la protection des enfants et de la femme, s’est ouvert en présence également de M. Marcel de SOUZA, Président de la Commission de la CEDEAO.
Cette rencontre portera sur trois thèmes prioritaires : réponse des Premières Dames de la CEDEAO pour l’éradication de la fistule obstétricale en Afrique de l’Ouest; cadre stratégique de la CEDEAO pour renforcer les Systèmes de Protection de l’Enfant (SPE) pour répondre et prévenir les violences, abus et exploitation; et lutte contre les Mutilations Génitales Féminines (MGF) et l’impact des Violences Basées sur le Genre (VBG) sur les Femmes et les Jeunes en Afrique de l’Ouest.
L’objectif global de ce forum est de renforcer l’engagement politique des Premières Dames des pays membres de la CEDEAO autour des solutions opérationnelles à mettre en œuvre dans les 15 pays membres sur l’ensemble des trois thèmes proposés pour cette rencontre régionale, d’une part et de faire des Premières Dames de la CEDEAO, des Ambassadrices visibles et dédiées pour chacune des thématiques majeures en matière de Genre dans l'Espace Ouest Africain, d’autre part.
Ce forum regroupe, outre les Premières Dames, les Ministres en charge de la santé et du genre de la CEDEAO, les Représentants d’Institutions, les partenaires techniques et les experts.
La cérémonie d’ouverture a été marquée par les discours des Présidents Issoufou Mahamadou et Faure Eyadema.
A l’issue de cette cérémonie, le Président togolais a regagné son pays en début d’après-midi. Il a été raccompagné à la passerelle de l’avion présidentiel par le Président Issoufou Mahamadou.
A son arrivée jeudi matin à l’Aéroport International Diori Hamani, le Président en exercice de la CEDEAO a été accueilli à la passerelle de l’avion par le Président de la République, puis salué par le Président de l’Assemblée Nationale SEM Tinni Ousseini, les Présidents des Institutions de la République et les membres du Gouvernement.
Les deux hommes d'Etat ont ensuite eu un entretien en tête-à-tête au salon d'honneur de l'aéroport.

 

Catégories: 

Le Président de la République a pris part samedi à Abuja au Sommet de la CEDEAO

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a pris part ce samedi, 17 décembre 2016, à Abuja, au Nigeria, à la 50ème Session Ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
Plusieurs interventions ont marqué la cérémonie d’ouverture notamment le discours de bienvenue du Président du Nigeria SEM Muhamadu Buhari,  la déclaration du Président de la Commission de la CEDEAO M. Marcel A de Souza,   celle du Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, M. Mohamed Ibn Chambas et le discours d’ouverture de la Présidente du Libéria, également Présidente en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la CEDEAO, SEMme Ellen Johnson Sirleaf.
Les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont suivi, au cours de cette cérémonie, la projection d’un documentaire intitulé « Taxi Cedeao », qui dénonce les entraves à la libre circulation des personnes, des biens, des capitaux et des services au niveau des frontières de certains Etats membres.
Lors de la séance à huis clos, les dirigeants ouest africains ont examiné la situation politique en Gambie et en Guinée-Bissau, le rapport annuel 2016 du Président de la Commission de la CEDEAO, le rapport de la 77ème Session du Conseil des Ministres de la CEDEAO et celui de la 37ème Session du Conseil de Médiation et de Sécurité.
Ils ont également examiné la stratégie régionale pour les élections aux postes de l’Union africaine.
 Le Président Issoufou Mahamadou a regagné Niamey le même jour.
Catégories: 

Le Président de la République prend part ce samedi à Abuja au Sommet de la CEDEAO

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, prend part ce samedi, 17 décembre 2016, à Abuja, au Nigeria, à la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
Le Président Issoufou Mahamadou était arrivé vendredi en fin d’après-midi, 16 décembre 2016 dans la capitale fédérale du Nigeria, venant de Bruxelles, en Belgique, où il avait effectué une visite de travail et d’amitié de 48 heures.
Lors de cette visite, rappelle-t-on, le Niger et l’Union Européenne(UE) avaient signé jeudi matin, 15 décembre 2016, sept conventions de financement d’un montant total de 500 millions d’euros dont 107 millions soit plus de 70 milliards de FCFA immédiatement décaissables.
 
Catégories: 

Le Président de la République a reçu mardi le Président de la Commission de la CEDEAO

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou  s’est entretenu mardi, 12 juillet 2016, avec le nouveau  Président de la Commission de la Communauté  Economique  des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO), M. Marcel Alain  De Souza.
M. Marcel De Souza a indiqué à la presse, avoir recueilli auprès du Chef de l’Etat, des conseils et orientations dans le cadre de la réforme de la CEDEAO au cours de son mandat.
 ‘’Le Président de la République nous a prodigué des conseils en mettant l’accent  sur la création de la monnaie unique en respectant les critères de convergence », a dit le Président de la Commission de la CEDEAO, ajoutant que les questions de réduction des charges, de la concrétisation des infrastructures routières  et du dialogue interreligieux ont été également évoquées lors de cet entretien.
 ‘‘Nous avons félicité le Niger, pour être, d’une part, à jour de ses cotisations, et d’autre part, pour  sa contribution pour le développement communautaire et de solidarité », a ensuite dit le Président de la Commission de la CEDEAO, précisant que beaucoup parmi les 15 pays membres de la CEDEAO ne se sont pas acquittés de leurs cotisations.
M. Marcel DE SOUZA a par ailleurs annoncé que les Chefs d’Etat des pays membres de la CEDEAO  ont décidé de confier à  l’ancien Chef de l’Etat nigérien, le Général Salou Djibo, la mission de  parcourir l’ensemble des 15 pays ‘’ pour voir comment lever les obstacles à la libre circulation’’.
Catégories: 

Situation politique au Burkina Faso Le Président Issoufou Mahamadou a pris part mercredi à Ouagadougou à la cérémonie de réinstallation du Président de la transition

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, membre du Comité de Haut Niveau des Chefs d’Etat de la CEDEAO, a pris part mercredi à Ouagadougou, à la cérémonie officielle de réinstallation du Président de la transition SEM Michel Kafando à la tête du Burkina Faso.

La cérémonie s’est déroulée dans l’après-midi, dans la Salle des Banquets de Ouaga 2000 en présence notamment des autres membres du Comité de Haut Niveau notamment les Présidents du Bénin Thomas Boni Yayi, du Ghana John Dramani Mahama, et le Vice-président nigérian Yemi Osinbajo.

Ces dirigeants ouest africains ont été désignés mardi par la CEDEAO pour témoigner de la reprise de fonctions des Responsables de la transition burkinabé après le coup d’Etat mené par le Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) le 17 septembre dernier.

Outre le Président de le la Transition, le Premier Ministre Isaac Zida, le Gouvernement, le Président du Conseil National de Transition (Assemblée intérimaire) Chérif Sy, présents à la cérémonie, ont également été rétablis dans leurs fonctions.

S’adressant à l’assistance, le Président Kafando a dit que depuis sa prise de fonction en octobre 2014, il a eu cesse de « prôner le dialogue entre les forces vives de la nation et d'aller aux élections qui demeurent l'objectif primordial".

M. Kafando a vivement réaffirmé sa détermination « à poursuivre cette exaltante mission que les Burkinabè nous ont confiée, celle de mettre en place des institutions crédibles et fiables pour le Burkina nouveau que nous sommes décidés à bâtir dans la démocratie vraie et la justice".

"La réaction de notre jeunesse, la réprobation générale de la communauté internationale, la condamnation unanime de ce coup d'Etat confortent notre certitude que nous sommes sur la bonne voie et que notre cause est juste", a-t-il poursuivi.

 

 

A l’issue de cette cérémonie ; le Président de la République, devant la presse nationale et internationale, a expliqué que les Chefs d’Etat présents à cette cérémonie, ont été envoyés par la CEDEAO pour transmettre le message de la Communauté ouest africaine à l’issue de la Conférence des Chefs d’Etat tenue mardi à Abuja.

Il s’agit essentiellement de venir témoigner de la reprise de la transition au Burkina Faso et d’encourager toutes les parties à créer les conditions pour que soit réalisé un consensus autour des questions pendantes relativement à la situation politique dans ce pays, a indiqué le Chef de l’Etat.

Il a ajouté qu’ils ont également eu des  rencontres avec les différentes parties en vue de créer les conditions de la réconciliation.

«Nous faisons confiance au peuple burkinabé, c’est un peuple mature, et la CEDEAO n’a pas l’intention de se substituer aux burkinabé, mais de les accompagner à aller rapidement à des élections libres et transparentes», a-t-il souligné.

"Notre appel c'est que les différentes parties puissent s'entendre sur un consensus qui permette d'aller vers ces élections», a-t-il expliqué.

Répondant à des questions relatives à l’amnistie et à l’armée, SEM Issoufou Mahamadou a rappelé que le peuple burkinabè a fait preuve d'une grande  maturité politique.

« Je suis sûr que les questions qui sont devant nous ne sont pas insurmontables et que les consensus seront mis en place autour de ces questions, afin que les élections soient libres, transparentes et honnêtes. », a-t-il ajouté.

 « Nous sommes satisfaits de cette cérémonie de réinstallation des autorité de la transition. Nous sommes confiants et nous pensons que toutes les parties sont conscientes de la nécessité de tout mettre en œuvre pour conserver la paix et la cohésion sociale dans le pays », a-t-il conclu.

Le Président de la République était accompagné dans ce déplacement, de M. Bazoum Mohamed, Ministre d’Etat à la Présidence de la République,  M. Mahamadou Ouhoumoudou, Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République  et   Mme Kafa Rakia Christelle Jackou, Ministre Déléguée auprès de la Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, Chargée de l’Intégration Africaine.

Catégories: 

Sommet extraordinaire de la CEDEAO à Abuja sur la situation politique au Burkina Faso: La Conférence décide de l’envoi mercredi à Ouagadougou d’un Comité de Haut niveau de Chefs d’Etat pour réinstaller le Président de Transition Michel Kafando

Un Sommet Extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la CEDEAO s’est tenu mardi, 22 septembre 2015  à Abuja, sous la Présidence de SEM Macky Sall, Président du Sénégal et  Président en exercice de la Conférence, en Présence notamment du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou et du Président du Nigeria SEM Muhammadu  Buhari.
Ce Sommet s’est penché sur la situation au Burkina Faso pour voir comment aider .ce pays à sortir de la crise politique créée par le coup d’Etat du 17 septembre 2015, en définitive trouver une solution acceptable par l’ensemble des parties prenantes burkinabè.
A l’issue de ce Sommet, les Chefs d’Etat ont  décidé de dépêcher mercredi, 23 septembre 2015, un Comité de Haut Niveau de Chefs d’Etat pour consacrer la réinstallation du Président de Transition SEM Michel Kafando, a indiqué le Président Issoufou Mahamadou répondant à la presse nationale et internationale.
Ce comité comprend les Chefs d’Etat du Benin, du Ghana, du Niger, du Nigeria et du Togo et est  placé sous la Présidence du Président en exercice de la CEDEAO.
La Conférence a appelé le Régiment de Sécurité Présidentielle à déposer les armes et les autres forces militaires à ne rien faire qui puisse dégrader la situation dans laquelle se trouve le Burkina Faso, a également dit le Président Issoufou Mahamadou.
Les Chefs d’Etat ont eu à prendre des décisions « très sages »  en ce qui concerne la sortie de crise dans ce pays, a-t-il  affirmé, précisant qu’il s’agit là d’une bonne réunion qui crée les bases d’un retour à la paix dans « ce pays frère. »
Le Président Issoufou Mahamadou a noté qu’une fois la transition restaurée, les autorités de transition sont chargées d’examiner toutes les questions dont l’amnistie qui ont été évoquées lors de la médiation commise par les Présidents Macky Sall et Thomas Yayi Boni.
Il est plus sage de demander aux autorités de transition d’examiner ces questions de manière consensuelle, dans la concertation avec toutes les parties, a expliqué le Chef de l’Etat.
A l’ouverture de la Conférence, le Président de la Commission de la CEDEAO M. Kadré Désiré Ouédraogo, a rappelé que le coup d’Etat perpétré au Burkina Faso la semaine dernière a été fermement condamné par le CEDEAO et toute la communauté Internationale.
Lors de ce Sommet, les Chefs d’Etat se sont penchés sur un Projet d’Accord proposé par les médiateurs de la CEDEAO à savoir le Président Macky Sall et celui du Benin Thomas Boni Yayi.
En élaborant ce projet d’Accord, les médiateurs de la CEDEAO ont privilégié l’intérêt supérieur du Burkina Faso et misé sur le sens de dépassement de ses  acteurs politiques ainsi que des membres de ses forces vives  et de sa société civile, a souligné M. Ouédraogo.
Il a assuré la Conférence que la Commission de la CEDEAO mettra tout en œuvre pour l’application diligente des aspects de l’Accord issu du Sommet qui relèvent d’elle. 
Le Président Macky Sall, dans un discours d’ouverture, a d’abord rappelé que le 17 septembre, des éléments du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP), ont interrompu le processus de transition au Burkina Faso, en déposant le Président Michel Kafando, le Premier Ministre et les membres du Gouvernement.
Faisant l’état des lieux au Burkina Faso, SEM Macky Sall a dit qu’il a expliqué à tous la gravité extrême de l’acte qu’ils ont posé , ses conséquences néfastes sur le pays , et les risques sérieux qu’ils encourent.
«J’ai réitéré avec force la ferme opposition de la CEDEAO à toute prise de pouvoir par la force, et exigé la remise du pouvoir sans condition aux autorités de transition », a-t-il ajouté.
« Note rôle est d’arrêter l’escalade pour éviter  au pays d’emprunter la pente dangereuse de la violence », a-t-il noté.
« J’alerte solennellement notre  Sommet sur la gravité de la situation au Burkina Faso, alors même que notre sous région est déjà sérieusement éprouvée par d’autres sources d’instabilité », a-t-il poursuivi.
« Il ya urgence à agir pendant qu’il est encore temps pour éviter l’impasse et le chaos », a encore dit le Président en exercice de la CEDEAO.
 « C’est l’objet du projet d’Accord politique de sortie de crise que j’ai proposé à toutes les parties prenantes dimanche et que je soumets à votre appréciation », a-t-il expliqué.
Ce projet tient dument compte de la décision prise par l’Union Africaine , conformément à ses textes, de condamner le coup d’Etat, de suspendre immédiatement le Burkina Faso des instances de l’Union Africaine, d’exiger la libération des autorités détenues et le rétablissement du régime de transition , sous peine de sanctions ciblées contre les auteurs du coup, a noté SEM Macky Sall.

Le Chef de l’Etat est accompagné, dans ce déplacement, de M. Mahamadou Ouhoumoudou, Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République ;  Mme Kafa Rakia Christelle Jackou, Ministre Déléguée auprès de la Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, Chargée de l’Intégration Africaine  et M. Mansour Dado, Ambassadeur du Niger auprès de la République Fédérale du Nigeria.

Lire le communiqué final ayant sanctioné le Sommet Extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la CEDEAO

 

Fichier attachéTaille
Icône PDF com_final_fr_sept_2015.pdf174.36 Ko
Catégories: 

Départ du Président de la République pour Abuja

Photo Archive
Le Président de la République, Chef de l’Etat,  Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou,  a quitté Niamey,  mardi matin, 22 septembre  2015, à destination d’Abuja, au Nigeria, où il participera au Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la CEDEAO .
Le Chef de l’Etat est accompagné, dans ce déplacement, de M. Mahamadou Ouhoumoudou, Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République ;  Mme Kafa Rakia Christelle Jackou, Ministre Déléguée auprès de la Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, Chargée de l’Intégration Africaine  et M. Mansour Dado, Ambassadeur du Niger auprès de la République Fédérale du Nigeria.
Catégories: 

Pages

S'abonner à RSS - CEDEAO
PRN HONEYPOT