La Sécurité

Assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national

Les objectifs visent à garantir la sécurité intérieure des biens et des personnes et rétablir le monopole de violence de l’Etat.

 

Engagement

Réalisation

commentaires

Garantir la sécurité intérieure des biens et des personnes

  • renforcement des capacités techniques, matérielles et financières des FDS ;
  • organisation de patrouilles mixtes permanentes et des patrouilles transfrontalières ;
  • Organisation de foras dans les zones sensibles et des séances de sensibilisation dans les zones exposées aux conflits inter communautaires ;
  •  mise en œuvre des activités de relèvement au profit des populations et financement d’AGR pour les femmes et les jeunes dans les zones sensibles.

Ces actions ont permis de rétablir le monopole de la violence de l’Etat ainsi que la sécurisation des personnes et de leurs biens.

Ainsi, les nigériens des villes et des campagnes vaquent tranquillement à leurs occupations quotidiennes malgré l’insécurité ambiante tout autour de nos frontières

Etablir des relations privilégiées avec les pays voisins et renforcer la coopération avec les pays amis 

  • Participation des FDS aux missions de maintien de la paix notamment au Mali et en Côte d’Ivoire ;
  • Adoption d’une Stratégie de Développement et de Sécurité SDS Sahel-Niger ;
  • Création du groupe G5 du sahel pour le suivi de la coopération régionale face aux menaces terroristes

La crise au Mali, à l'instar de celle qui prévaut en Libye depuis l'année 2011 a donné l'occasion au Président de la République de donner toute la mesure de sa vision régionale et internationale ainsi que de s'affirmer comme un acteur déterminant au Sahel.

La sécurité des personnes et de leurs biens est une des conditions essentielles pour le développement socio-économique d’un pays. Dans ce cadre, des moyens importants ont été investis afin de renforcer les capacités des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) pour les doter de matériels et d’équipements de pointe, créer de nouveaux postes de contrôle, construire des bâtiments de service et de logement, procéder à des formations et stages et opérer des recrutements massifs dans tous les corps.

 

En matière d’infrastructures, 6 nouveaux commissariats, 2 postes frontaliers ont été construits à l’intérieur des régions et d’importants moyens logistiques ont été mis en place afin de mieux assurer la sécurité des personnes et de leurs biens.

 

Tableau N°2 : infrastructures réalisées et logistiques octroyées par région

Infrastructures/Régions

Commis-sariats construits

Postes frontaliers construits

Loge-ments construits

Autres infras-tructures réhabilitées

Véhicules

Agadez

 

 

 

1

29

Diffa

1

 

 

1

27

Dosso

 

 

 

1

23

Maradi

1

1

 

2

21

Tahoua

2

1

6

2

32

Tillabéry

1

 

 

1

29

Zinder

2

 

 

1

22

Niamey

1

 

4

4

65

total

8

2

10

13

248

Source : MI/SP/D/ACR

Les FDS ont organisé des patrouilles mixtes permanentes pour sillonner quotidiennement l’ensemble du territoire national. La prise en charge de ces patrouilles s’élève à environ 4,24 milliards de FCFA sur les trois ans.

Ces actions ont permis la récupération d’armes, des munitions, de plusieurs biens volés dont des animaux, d’importantes quantités de drogues diverses, de carburant prohibé et d’importantes sommes d’argent et l’interpellation de plusieurs personnes. En plus, des opérations de déminage ont été organisées sur les axes routiers principaux et secondaires de la zone de l’Aïr.

Ainsi, les attaques à mains armées sur les axes routiers ont baissé de 26,18% en 2010, de 15,27% en 2011 et de 9,80% en 2012.

Au nombre des résultats enregistrés par les FDS, il faut aussi noter la maitrise rapide des attaques perpétrées à Agadez, Arlit et à la prison civile de Niamey et la reprise du terroriste Chébani évadé de ladite prison.

Par ailleurs, pour consolider la paix, plusieurs actions ont été entreprises par le Gouvernement. Ainsi, un fonds de soutien aux initiatives de consolidation de la paix a été mis en place pour un montant de 450 millions de F CFA. Ce fonds a permis de financer des activités d’embouche, de reconstitution du cheptel et la réhabilitation des pistes rurales.

Le Gouvernement a réalisé des travaux communautaires à Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO) pour un montant de plus de 2,5 milliards de F CFA. Ce montant a permis la réalisation des bandes pare-feux, la récupération des terres dégradées, la réhabilitation des infrastructures communautaires, l’hygiène et l’assainissement dans les communes sensibles.

Le Gouvernement a aussi financé des microprojets d’Activités Génératrices des Revenus (AGR) pour un montant de plus de 2,2 milliards de F CFA. Ces actions ont pour objet de réduire la vulnérabilité des populations et leur pauvreté ainsi que de lutter contre le chômage et le désœuvrement des jeunes et favoriser leur plus grande implication aux efforts de préservation de la paix et de la sécurité dans le pays.

Au plan local et communautaire, d’autres actions ont été menées. Il s’agit notamment de l’organisation de fora et des séances de sensibilisation sur la paix, la sécurité et la coexistence pacifique à Arlit, Tchintabaraden, Iférouane, Diffa, Birni N’Gaouré, Tahoua, Dosso, Tillabéri, Zinder, Agadez et Ouallam. A cela s’ajoute l’organisation des ateliers sur la prévention et la gestion des conflits à l’endroit des autorités, des FDS et des ONG.

 

Dans le cadre du programme d’urgence 2011-2012, 41 communes ont bénéficié d’appui pour la réalisation de 58 micros projets au profit des femmes et des jeunes. De plus, en 2012-2013, 73 micros projets ont été financés et une quinzaine de communes ont été appuyées pour la création ou le renforcement de banques céréalières.

En outre, des travaux à haute intensité de main d’œuvre ont été initiés dans les régions d’Agadez, Tahoua et Tillabéri. Ces travaux ont concerné 11.559 personnes à Agadez et 2.812 personnes à Tahoua et Tillabéri pour un montant de près de 900.000.000 de CFA. A cela il faut ajouter 406 dossiers d’AGR au profit de 120 jeunes et 4 groupements de la région d’Agadez et plus de 1.000 jeunes dont environ 320 femmes, formés sur des petits métiers professionnels et en renforcement de capacités sur des thématiques diverses.

Sur la période 2011-2013, une somme de 7,77 milliards de FCFA a été investie dans les communes sensibles du Niger pour financer les infrastructures socio-économiques, la protection de l’environnement, le renforcement des capacités des jeunes, le renforcement des moyens de subsistance et les AGR.

Pour la consolidation de la sécurité dans la sous-région, les autorités nigériennes se sont beaucoup investies à travers la participation de contingents nigériens au maintien de la paix notamment au Mali et en Côte d’Ivoire, la signature de conventions de coopération militaire dont 3 pour la seule année 2013 avec des pays amis tels que l’Algérie, le Nigéria, l’Iran et la Turquie. A cela, il faut ajouter la tenue des réunions de 9 états-majors mixtes dont 4 en 2013, 3 en 2012 et 2 en 2011. Il y a également la poursuite du bornage sur la ligne frontière Nigéro-nigérianne par la reconstruction de 19 bornes principales et la construction de 54 bornes de densification ou bornes intermédiaires.

 

Enfin, 5 pays du Sahel à savoir, le Niger, la Mauritanie, le Mali, le Tchad et le Burkina Faso ont décidé de créer un groupe dénommé G5 du Sahel, chargé de la Coordination et du suivi de la coopération régionale pour mieux faire face aux menaces terroristes et autres organisations criminelles auxquelles ils sont exposés.

Toujours pour mieux faire face aux menaces terroristes, des Opérations Flintlock ont été organisées. L’exercice militaire Flintlock est un exercice multinational annuel, sponsorisé par le commandement américain des opérations spéciales pour l’Afrique dénommé AFRICOM et le commandement conjoint des opérations spéciales transsahara (JSTF-TS). Il est une émanation du partenariat transsaharien de lutte contre le terrorisme et implique les pays africains partenaires du programme, les pays européens et les pays d’Amérique du Nord.

La sixième édition de cet exercice s’est tenue au Niger et a duré 20 jours. Elle s’est déroulée sur 4 sites à savoir Niamey, Agadez, Tahoua et Diffa. Dix pays occidentaux et 9 pays africains totalisant 1.056 militaires, ont pris part à cette session.

L’objectif visé à travers ces formations est d’améliorer l’échange d’informations et d’expériences dans la région sahélo-saharienne, tout en favorisant une collaboration et une coordination accrue. Il met l’accent sur l’inter opérabilité militaire et la capacité d’intervention pour les forces des pays de la zone sahélo-saharienne, des Etats-Unis, des pays partenaires américains et européens.

En dehors du renforcement des capacités des FDS, plusieurs retombées ont été enregistrées par le Niger à l’issue de cette session sur les plans des infrastructures, des échanges mutuels d’expériences et les externalités positives tirées par les populations riveraines des sites qui ont bénéficié de consultations médicales, des médicaments gratuits ainsi que des prestations vétérinaires.

 

PRN HONEYPOT