Le Président Issoufou Mahamadou a pris part mardi à Paris à une rencontre sur le Climat intitulée « One Planet Summit »

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou,  a pris part mardi soir, 12 décembre 2017,  à Paris, à une rencontre internationale sur le climat intitulée "One Planet Summit",  axée sur le financement de l'action climatique en vue d'accélérer la lutte contre le réchauffement.
Le Sommet tenu à La Seine Musicale sur L’île Seguin, en présence d’une cinquantaine de Chefs d’Etat et de Gouvernement ainsi que des acteurs publics et privés et des citoyens engagés venus du monde entier, s’est notamment penché sur la manière dont les acteurs engagés dans la finance publique et privée peuvent innover pour soutenir et accélérer la lutte commune contre le changement climatique.
Avec comme objectifs : Agir concrètement et collectivement,  Innover  et  Être solidaires, One Planet Summit s’est déroulé en présence notamment  du Président français, Emmanuel Macron, initiateur de la rencontre,  du Président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim et du Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, co-organisateurs du Sommet.
Le "One Planet Summit" sur le climat, qui s’est achevé le même jour,  a été l'occasion pour les acteurs économiques et financiers d'annoncer plusieurs engagements contre le réchauffement, relatifs notamment au désengagement des énergies fossiles et à la pression sur les entreprises pour "verdir" leurs activités.
Avant l’ouverture de cette rencontre, le Président de la République a, dans  une interview exclusive accordée au Journal Le Parisien, dans son édition de mardi matin, affirmé que le Som­met cli­mat à Paris a son uti­lité, car « la France joue un rôle très actif pour mettre en œuvre l’ac­cord de Paris, avec l’ob­jec­tif de li­mi­ter la hausse de la tem­pé­ra­ture à moins de 2 degrés C. »
« A la COP21, il y a deux ans, des pro­messes ont été faites, 100 Mds$ (NDLR : 84,7 Mds€) par an avant 2020 de la part des pays dé­ve­lop­pés. Je sou­haite que les par­ti­ci­pants disent au­jour­d’hui : on a réuni les 100 mil­liards pro­mis », rapporte le journal français.
Au sujet de la hausse des émis­sions de gaz à effet de serre, SEM Issoufou Mahamadou a dit que « l’Afrique en est la grande vic­time, car elle ne pol­lue pas et n’a ja­mais pol­lué ».
« Nous di­sons à ces pays qu’ils mettent nos vies et les leurs en dan­ger. Mais la prise de conscience se ren­force, la Chine fait des ef­forts, elle s’en­gage dans un pro­gramme nu­cléaire am­bi­tieux, qui ré­duira la part du char­bon »,  a-t-il poursuivi.

 

Moctar Ahameyed