Création de la ZLECA: le Groupe Africain des Ambassadeurs à Niamey félicite le Président Issoufou Mahamadou, Champion de l’Union Africaine

DY_OgTuXcAAktSN.jpg

Le Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou,  Champion de l’Union Africaine (UA) pour la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA), a regagné Niamey vendredi, en début d’après-midi, 23 mars 2018, venant de Kigali, au Rwanda, où le Sommet Extraordinaire de l’UA avait décidé mercredi, 21 mars 2018, de la création de la ZLECA.

A son arrivée à l’Aéroport International Diori Hamani de Niamey, le Président de la République a rencontré, au salon d’honneur, le Groupe  Africain des Ambassadeurs résidant à Niamey « venu l’accueillir avec enthousiasme, le féliciter et le remercier pour l’accomplissement de cette grande œuvre », à savoir la signature de l’Accord établissant la ZLECA.

Les diplomates africains ont « hautement apprécié cette brillante réussite du Chef de l’Etat dans le cadre de la mise en œuvre de la ZLECA », a déclaré leur porte-parole, l’Ambassadeur du Tchad au Niger et Doyen du Corps diplomatique.

Répondant à la presse nationale et internationale, après la rencontre avec les ambassadeurs africains, le Président Issoufou Mahamadou s’est déclaré « très satisfait des résultats  de ce Sommet Extraordinaire.»

Il a saisi cette occasion pour remercier tous les Chefs d’Etat africains dont le soutien ne lui a jamais manqué tout au long du processus de négociation en vue d’aboutir aux accords signés mercredi dernier à Kigali.

En route pour Niamey, le Président Issoufou Mahamadou a effectué jeudi, 22 mars 2018, une escale à Abuja où il a rencontré son homologue du Nigeria, SEM Muhammadu Buhari.

Répondant à la presse, le Chef de l’Etat a indiqué que le Président Buhari a « une forte volonté d’intégration». Il l’a exprimée lors de la présentation de son rapport à l’occasion de la rencontre à huis-clos, à l’occasion du Sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, en janvier 2018.

« Le Président Buhari est un panafricaniste, mais on a besoin aussi que le bas suive, c'est-à-dire que les peuples s’approprient le projet d’intégration et il faut pour cela mener des campagnes de sensibilisation dans tous les pays  africains », a dit SEM Issoufou Mahamadou.

Moctar Ahameyed