Le Président de la République SEM Issoufou Mahamadou procède au lancement des travaux de renforcement du système d’alimentation en eau potable de la ville de Niamey

IMG-20180418-WA0015.jpg

Le Président de la République, Chef de l’État SEM Issoufou Mahamadou a procédé, ce mercredi 18 avril, au lancement des travaux du Projet Goudel IV de renforcement du système d’alimentation en eau potable de la ville de Niamey. C’était en présence du Président de l’Assemblée Nationale, du Premier Ministre, du Haut Représentant du Président de la République, des membres du Gouvernement, ceux du Corps diplomatique, et plusieurs autres invités. Sur financement de quatre (4) bailleurs de fonds (ORIO de Pays Bas, Banque Européenne d’Investissement, Agence Française de Développement et FINEXPO de Belgique) pour un coût global de 51,79 milliards de francs CFA, ce projet permettra l’extension de l’usine de traitement d’eau de Goudel (Village périphérique de Niamey) grâce à la construction d’une 4ème filière de traitement d’eau d’une capacité de 40000 m3/j et l’extension de la capacité de pompage de 50 000m3/j. En outre, ce projet comprend la densification du réseau et l’extension des capacités de stockage dans les arrondissements 1, 2, 3 et 4 de la ville de Niamey avec notamment la construction de 3 nouveaux réservoirs (châteaux d’eau) d’une capacité de 2 000 m3 chacun, la pose de 27 km de conduite de refoulement et 250 km de conduite de distribution. Enfin, ce projet permettra également la mise en œuvre des branchements sociaux (17 700) et la réalisation des bornes fontaines (180) dans la capitale nigérienne, particulièrement au niveau de ses quartiers périphériques où le manque est plus criard. À terme, le projet exécuté depuis le 12 février dernier par l’entreprise espagnole DENYS pour un délai contractuel de 30 mois, permettra l’amélioration de la desserte en eau potable de la ville de Niamey, avec notamment 1 000 000 de personnes qui verront la qualité du service améliorée, pour quelque 220 000 personnes supplémentaires directement impactées.

IMG-20180418-WA0014.jpg

Juste après avoir procédé à la pose de la première pierre symbolisant le démarrage officiel de ce projet, le Président de la République SEM Issoufou Mahamadou a d’abord déclaré que « la question de l’eau est cruciale pour le Niger et particulièrement angoissante pour les femmes, la frange de la population nigérienne affectée à la corvée d’eau », avant de noter que c’est pour cela que le Programme de Renaissance en a fait un des axes stratégiques. En effet, a rappelé le Président de la République, après avoir déjà réalisé 12 000 équivalents points d’eau modernes en matière d’hydraulique rurale lors de son premier mandat (2011-2016), « le Programme de Renaissance II prévoit la réalisation de 30 000équivalents points d’eau modernes », alors qu’en matière d’hydraulique urbaine, « l’objectif est de réaliser un taux de desserte de 100% à l’horizon 2021 ». Et parce que la ville de Niamey grandit, avec en prévision le doublement des besoins en eau d’ici 2030, le Président de la République a annoncé que le Gouvernement de la 7ème République a d’ores et déjà prévu la réalisation d’une 3ème usine de traitement d’eau sur la Rive droite du Fleuve Niger à Niamey. Les travaux de construction de cette usine d’une capacité de 300 000 m3, a-t-il précisé, démarreront très prochainement. Auparavant, le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, M. Issoufou Katambé a rassuré les populations que toutes les dispositions sont prises pour que les travaux soient convenablement exécutés, alors que le chef de file des partenaires du Niger dans le secteur de l’eau et de l’assainissement les appelait à sécuriser cet important investissement, en ce que "l’eau, c’est la vie".