Fin du Sommet Extraordinaire du G5 Sahel à Nouakchott : les Chefs d’Etat décident de rendre totalement opérationnelle la Force Conjointe et d’accélérer la mobilisation des ressources

Mini-sommet-des-pays-du-G5-Sahel-avec-Macron-en-Mauritanie.jpg

Le Sommet Extraordinaire du G5 Sahel, ouvert lundi 2 juillet 2018 en fin d’après-midi à Nouakchott, a pris fin le même jour dans la soirée en prenant notamment « des décisions très fortes » pour que, « assez rapidement, la Force conjointe soit totalement opérationnelle. »

D’autres décisions dont le déploiement d’une offensive diplomatique ont également été prises « pour rendre plus opérationnelle » la mobilisation des ressources.

Cette rencontre, organisée en marge du 31ème Sommet de l’Union Africaine (UA), a regroupé autour du Président du G5 Sahel, SEM Issoufou Mahamadou, les quatre autres Chefs d’Etat du G5 Sahel et  le Président français Emmanuel Macron.

Lors d’un point de presse à l’issue de ce sommet, le Président Issoufou Mahamadou, ayant à ses côtés les Présidents français et mauritanien SEM Mohamed Ould Abdel Aziz, a tenu à remercier, au nom de l’ensembles des dirigeants du G5 Sahel, SEM Emmanuel Macron qui a bien voulu accepté de participer à cette réunion.

« Le Président Macron nous a toujours soutenu sur tous les plans, notamment dans la lutte contre le terrorisme dans l’espace du G5 Sahel et dans la mobilisation des ressources pour le développement de nos pays », s’est réjoui le Chef de l’Etat.

La rencontre, tenue au Collège de Défense du G5 Sahel (Ecole de guerre) a examiné essentiellement deux sujets : l’opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel et le Programme d’Investissement Prioritaire.

En ce qui concerne  l’opérationnalisation de la Force conjointe, le sommet a pris « des décisions très fortes pour que, assez rapidement, la Force conjointe soit totalement opérationnelle », a indiqué le Président Issoufou Mahamadou.

Cette force est déjà opérationnelle, mais la rencontre a pris des mesures pour que les bataillons qui manquent soient rapidement mis en place au niveau des Etats, a-t-il précisé,  ajoutant que des décisions ont également été prises au niveau du Commandement.

« Nous avons aussi pris la décision de reconstruire très rapidement le Quartier Général de la Force Conjointe qui a été détruit récemment par les terroristes à Sévaré (Mali) », a annoncé  SEM Issoufou Mahamadou.

Au sujet du concept d’opérations, l’Etat-major de la Force Conjointe va mener une réflexion afin que les interventions sur le terrain soient plus efficaces.

La réunion s’est concentrée également sur la mobilisation des ressources  et une offensive diplomatique sera  déployée par le Secrétariat Permanent du G5 Sahel et les Etats membres pour mobiliser effectivement les ressources annoncées en février dernier à Bruxelles lors d’une réunion avec  les partenaires, a-t-il dit.  

Des conventions vont être signées pour rendre plus opérationnelle cette mobilisation des ressources.

« Nous avons convenu de poursuivre le plaidoyer en vue de mettre la Force du G5 Sahel sous le chapitre 7 de la Charte des Nations Unies, ce qui permettra de régler le  problème de financement pérenne de la Force conjointe », a-t-il indiqué.  

En ce qui concerne le Programme d’Investissement Prioritaire dans l’espace du G5 Sahel,  le Sommet a décidé « d’intervenir très rapidement dans les zones fragiles, dans les zones frontalières. »

Des projets ont déjà été  identifiés par le Secrétariat Permanent qui,  en rapport avec l’Alliance pour le Sahel, va s’atteler à leur réalisation dans les zones fragiles qui sont sous la menace des terroristes.

Il s’agit de soutenir les populations de ces zones en mettant à leur disposition les infrastructures sociales de base : éducation, santé, accès à l’eau..., a expliqué le Président Issoufou Mahamadou.

« Nous allons convoquer, le 6 décembre 2018 à Nouakchott, une réunion de coordination pour examiner les différents projets », a-t-il conclu. 

Moctar Ahameyed