Fin lundi soir du 31ème Sommet de l’Union Africaine à Nouakchott « Un excellent sommet, centré sur les préoccupations des peuples africains », déclare SEM Issoufou Mahamadou

UA18.jpg

La 31ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA) a examiné dimanche et lundi d’importantes questions qui sont au centre des préoccupations des peuples africains, s’est réjoui le Président de la République SEM Issoufou Mahamadou.

Répondant à la presse nationale et internationale lundi en fin d’après-midi, le Chef de l’Etat après avoir rappelé le thème du Sommet à savoir ‘’ la lutte contre la corruption’’,  a déclaré qu’il faut mener une lutte implacable contre la corruption si on veut créer le progrès au profit de l’ensemble des populations africaines.

« Des conclusions ont été tirées et j’espère que les différents Etats membres vont faire un bon usage des mesures préconisées après les débats que nous avons eus sur le thème de du sommet », a dit SEM Issoufou Mahamadou.

La conférence a également abordé la question de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf).

« Des progrès ont été enregistrés », a indiqué le Chef de l’Etat. .

44 pays sur 55 avaient signé en mars 2018 à Kigali l'accord sur la ZLECAf. Et à l’occasion de ce sommet, cinq nouveaux pays ont signé l’Accord dimanche : l'Afrique du Sud, la Sierra Leone, la Namibie, le Lesotho et le Burundi.

« Au-delà des signatures, (l’important) c’est surtout les ratifications qui sont en cours et je pense que très rapidement  on va rassembler le minimum de ratifications (22) qui puissent permettre l’entrée en vigueur de l’Accord », a dit le Champion de l’Union Africaine pour la ZLECAf.

A ce jour, six pays dont le Niger ont déposé leurs instruments de ratification.

Ce dossier évolue rapidement, les Chefs d’Etat ont pris la ferme détermination de faire avancer la ZLECAf, a ajouté le Chef de l’Etat.

« C'est un grand pas pour l'Afrique, vers l'intégration du continent, le développement économique et social dans la mesure où la ZLECAf va unifier le marché africain qui est actuellement un marché fragmenté », a souligné le Président de la République.

« Nous avons dépassé, depuis le 21 mars 2018, le point de non-retour en ce qui concerne ce grand rêve de l'Afrique. Ce qui nous reste à faire, c'est d'avancer vite et bien. Par conséquent, battons-nous avec confiance, n'ayons pas peur de prendre des risques si nécessaire et créons la dynamique qui nous permettra d'accroître le commerce intra-africain, de parvenir à l'industrialisation, de créer plus de perspectives d'emploi pour nos populations, notamment les jeunes, ainsi que d'instaurer la paix et la sécurité durables fondées sur la prospérité continentale »,  a affirmé SEM Mahamadou Issoufou, lors de la présentation de son rapport d'étape dimanche devant les chefs d'Etat de l’Union Africaine.

Le Chef de l’Etat  est accompagné dans ce déplacement de la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou Mahamadou, du Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou,  du Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Kalla Hankouraou, du Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. Marou Amadou, du Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, du Ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, M. Almoustapha Garba, du Ministre de la Santé Publique Dr. Idi Illiassou Mainassara et de la Ministre Déléguée auprès du  Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, chargée de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur Mme Salamatou Bala Goga.

Moctar Ahameyed