Fin lundi soir à Lomé du Sommet conjoint CEDEAO-CEEAC : Il faut créer les conditions de mise en œuvre des recommandations formulées par la Conférence, déclare le Président Issoufou Mahamadou.

DjbN3B-X4AE_NNa.jpg

Le Premier Sommet conjoint CEDEAO-CEEAC a pris fin lundi soir, 30 juillet 2018,  à Lomé, au Togo, sous la présidence du Président du Gabon, M. Ali Bongo Ondimba, Président en exercice de la CEEAC en présence notamment du Président togolais, Président en exercice de la CEDEAO, SEM Faure Essozimna Gnassingbé et du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou.

La conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO et de la  CEEAC a été sanctionnée par un communiqué final contenant d’importantes décisions relatives au renforcement de la coopération entre les deux régions dans plusieurs domines notamment la sécurité et le développement.

Le sommet, rappelle-t-on, s’est penché sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme ainsi que l’extrémisme violent en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale.

Répondant à la presse nationale et internationale, le Président Issoufou Mahamadou a affirmé qu’il s’agit là « d’une bonne réunion » qui a abouti à « de bonnes conclusions », soulignant la nécessité de « créer les conditions de mise en œuvre des recommandations qui ont été prises. »

SEM Issoufou Mahamadou a salué la décision du Sommet Conjoint « de mobiliser la Communauté internationale afin que la Force Conjointe du G5 Sahel soit placée sous le chapitre 7 de la Charte des Nations Unies et puisse avoir un financement pérenne. »

En ce qui concerne la Force Multinationale Mixte (FMM) mise en place pour combattre Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad, le Chef de l’Etat a indiqué que « là aussi, les initiatives existent qui montrent que les Etats sont conscients de la nécessité de mutualiser leurs efforts.»

Il faut partager cette  mutualisation à l’échelle des deux régions et même du continent africain, a-t-il ajouté.

« La réunion a insisté sur le fait que la lutte contre le terrorisme n’est pas que militaire. Elle est aussi idéologique et aussi économique », a expliqué le Président Issoufou Mahamadou.

« Il faut développer nos pays parce que c’est sur le terreau de la pauvreté que se développe le terrorisme », a affirmé le Chef de l’Etat.

 

Tenue lundi soir à Lomé du 20ème Sommet ordinaire de l’UEMOA

La 20ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) s’est tenue lundi soir,  30 juillet 2018,  à Lomé, au Togo, sous la présidence du Chef de l’Etat ivoirien, SEM Alassane Dramane Ouattara, Président en exercice de l’Union.

La conférence s’est déroulée en présence notamment du Président togolais SEM Faure Essozimna Gnassingbé, hôte de la rencontre,  du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou et du Président de la Commission de l’Union M. Abdallah Boureima.

A l’issue de la cérémonie officielle d’ouverture, marquée par l’allocution du Président du Conseil des Ministres de l’UEMOA et le discours d’ouverture du Président Alassane Ouattara, les Chefs d’Etat et de Gouvernement se sont réunis à huis clos.

Le sommet a été sanctionné par un communiqué final.

DjbN3B9XcAEnJf-.jpg
Moctar Ahameyed