Visite vendredi à Niamey du Président du Bénin : Le pipeline, le chemin de fer Benin-Niger et le financement de la sécurité dans la région au centre de l’entretien.

IMG-20191004-WA0045.jpg

Le Président de la République du Bénin, SEM Patrice Talon, a effectué vendredi, 4 octobre 2019, une visite de travail de quelques heures à Niamey au cours de laquelle il s’est entretenu, au Palais de la Présidence, avec le Président de la République SEM Issoufou Mahamadou, Président en exercice de la CEDEAO, des questions bilatérales et régionales.

A l’issue de cet entretien, le Président Patrice Talon, répondant aux questions de la presse nationale, a tenu d’abord à saluer ses « frères et sœurs du Niger » et a exprimé « sa satisfaction pour la qualité des relations entre les deux peuples et la complémentarité entre nos deux Etats.»

Il a indiqué avoir fait un point rapide de « notre projet commun du pipeline » reliant le Niger au Bénin.

« Même si c’est le Niger qui porte le projet dans toute sa dimension qui concerne l’évacuation du pétrole, le Benin bénéficiera des investissements importants qui renforcent la coopération et l’interdépendance entre les deux pays », a-t-il souligné.

« Nous avons à cette occasion évoqué la nécessité de réveiller notre ambition pour le chemin de fer, qui est également une infrastructure intercommunautaire pour le transport de biens et de marchandises », a-t-il ajouté.

« Malheureusement la mise en œuvre de notre ambition s’est heurtée à quelques problèmes juridiques, d’incompréhension entre les divers partenaires, ce qui a plombé ce programme », a noté le Président béninois.

Mais les besoins de financement pour le chemin de fer entre le Benin et le Niger sont mobilisables, ce qui justifie à nouveau notre regain d’intérêt pour le programme de développement de cette infrastructure, a-t-il affirmé.

Le Président Patrice Talon a dit qu’ils ont surtout évoqué le problème sécuritaire.

Il a précisé qu’il vient de Dakar où il a participé à une séance de travail entre les ministres des finances, les ministres de la défense et les Chefs d’Etat-major des Armées des pays de l’UEMOA « pour concrétiser la décision des Chefs d’Etat de l’UEMOA de mettre 500 millions de dollars soit 300 milliards de FCFA au service du financement de la lutte contre le terrorisme dans une dynamique sous régionale. »

"Cette réunion a établi les modalités de mobilisation, de décaissement de cet important moyen financier et défini les moyens d’utilisation et les modèles de coopération pour réunir ces ressources là pour faire face au terrorisme dans la région", a-t-il poursuivi.

Le Sommet de la CEDEAO, réuni le 14 septembre dernier à Ouagadougou, rappelle-t-on, a adopté un plan d’action 2020-2024 et de mobilisation des ressources financières pour lutter contre le terrorisme. A cette occasion, les Chefs d’Etat de la CEDEAO ont décidé de contribuer à hauteur d’un milliard de dollars US à la lutte contre le terrorisme.

Les 500 millions au niveau de l’UEMOA vont se rajouter aux 500 millions au niveau de la CEDEAO, a expliqué le Président béninois, soulignant avoir évoqué avec le Président Issoufou Mahamadou les modalités de mobilisation de ces 500 millions au niveau de la CEDEAO. « Je peux vous rassurer que le milliard de dollars est déjà mobilisé », a-t-il dit.

Moctar Ahameyed