Vers la création d’une société nigérienne d’investissements

D0gALxvWsAI08Ba.jpg

Le Président de la République, Chef de l’Etat SEM Issoufou Mahamadou a eu, ce jeudi 28 février 2019, une réunion avec les opérateurs économiques nigériens. Cette rencontre, qui fait suite à celle tenue le 25 octobre 2018, vise la création d’une société nigérienne d’investissements à capital privé.

 

« Il s’agira pour les opérateurs économiques, a expliqué à la presse le Ministre-Conseiller Spécial du Président de la République en matière de Doing Business, M. Alma Oumarou, de voir dans quelles mesures ils vont créer une société financière solide et forte pour investir dans tous les domaines en vue d’accompagner l’Etat dans ses actions de développement ».

C’est au vu du rôle éminemment important que peut jouer le secteur privé dans le développement de notre pays que le Chef de l’Etat a voulu solliciter son accompagnement dans l’ambition du Niger d’être parmi les pays qui ont le plus fort taux de croissance dans les cinq (5) prochaines années, a ajouté M. Alma Oumarou tout en se félicitant du fait que « notre pays figure déjà parmi les dix pays qui ont le meilleur taux de croissance ».

Et parce que le Niger entend rehausser ce taux à 7% d’ici 2021, il compte sur le soutien du secteur privé pour atteindre cet objectif. D’où toute l’importance de la création de cette entité financière voulue par le Président Issoufou Mahamadou, aujourd’hui acceptée par les opérateurs économiques qui prévoient sa mise en place dans les deux (2) prochains mois avec un capital minimum de cinq (5) milliards F CFA et un maximum de dix (10) milliards extensible.

Le Président de la République a salué cette volonté manifeste des opérateurs économiques nigériens d’accompagner l’Etat dans ses efforts de développement, leur promettant le bénéfice de toutes les mesures d’accompagnement prévues par les lois et règlements en vigueur (Code d’Investissement, Code pétrolier, Charte des PME, etc.).

« Il faudrait aujourd’hui qu’à conditions égales, une priorité soit donnée au secteur privé nigérien », a indiqué le Ministre Alma Oumarou qui précise toutefois que les règles communautaires seront également rigoureusement respectées tout comme les conditions de la zone de libre-échange continentale.

Pour le Président de la République, « un pays qui ne fait qu’importer, ne fait que s’appauvrir davantage ». D’où l’urgente nécessité de créer et de favoriser un secteur secondaire fort au Niger afin que l’industrie et l’agro-industrie accompagnent le développement du pays. Ce sera le rôle de cette société, qui sera exclusivement détenue par le privé nigérien et que le Gouvernement entend soutenir par et avec tous les moyens.

 

Moctar Ahameyed