Réunion du Comité Interministériel de Suivi de l’Indice de Développement Humain : porter l’IDH Niger à 0,5 à l’horizon 2021

thumbnail....jpg

Le Président de la République, Chef de l’Etat SEM Issoufou Mahamadou a présidé, les 13 et 14 mars 2019 au Palais de la Présidence, une réunion du Comité Interministériel de Suivi de l’Indice de Développement Humain (CI/IDH) au Niger. Cette réunion, qui fait suite à celle tenue le 04 octobre 2018, juste après la publication du Rapport IDH 2018, a regroupé, autour du Chef de l’Etat, le Premier Ministre et président dudit Comité, SE Brigi Rafini, les membres du Gouvernement concernés par la question, mais aussi les responsables de l’Institut National de la Statistique (INS) et les partenaires techniques et financiers du Niger (PNUD, UNFPA, OMS, Banque Mondiale, etc.).

 

Faisant le point de cette importante rencontre, la Ministre du Plan Mme Kané Aïchatou Boulama a indiqué que l’ambition tracée par le Président de la République est d’améliorer significativement le classement du Niger en matière de l’IDH pour le porter à 0,5 point à l’horizon 2021. Pour cela, il a été demandé à tous les différents acteurs plus d’efforts pour améliorer les trois composantes essentielles de l’IDH que sont la santé (espérance de vie), l’éducation (scolarisation des jeunes) et le revenu par habitant (PIB).

Bien plus, des actions connexes et qui influent directement sur les trois déterminants de l’IDH sont également envisagées. Il s’agit notamment de l’amélioration de la productivité grâce à l’Initiative 3N qui crée de la richesse en milieu rurale, de la facilitation de l’accès à l’eau, de la scolarisation de la jeune fille, etc.

Il y a aussi l’apport du secteur privé qui crée la croissance et sur lequel le Président de la République compte pour booster le développement du pays et l’amélioration des statistiques de notre pays du fait que bon nombre des données utilisées pour classer le Niger ne sont pas fiables.

Quant à la Coordonnatrice du Système des Nations Unies au Niger, chef de file des partenaires techniques et financiers, Mme Bintou Djibo, après avoir salué l’engagement du Président de la République Issoufou Mahamadou à vouloir transformer positivement la vie des populations nigériennes, a salué son initiative d’impliquer les partenaires du Niger dans cette œuvre d’amélioration de l’IDH du Niger.

Reconnaissant que le Niger, en dépit de son faible classement, est le pays le plus réformateur du continent, l’un des rares pays africains à avoir fait, depuis la création de l’IDH, plus de progrès par rapport aux autres pays de la sous-région, la Représentante Résidente du PNUD au Niger a promis de corriger ce classement "incorrect" de notre pays par des données fiables, tout en suggérant que les actions soient accélérées sur l’éducation de la jeune fille et la question démographique, les deux composantes qui plombent le classement du Niger.

Elle a ensuite assuré de l’accompagnement des partenaires dans l’atteinte des objectifs d’amélioration de l’IDH que s’est donné le Gouvernement du Niger, notant que « le cas du Niger est un exemple. Si beaucoup de pays pouvaient s’y inspirer, on allait avancer », a-t-elle dit, avant d’expliquer que l’IDH n’est qu’un indicateur qui doit amener les pays à prendre ces genres de mesures que le Niger met en œuvre.

Notons que ces dernières années, la question du classement de notre pays du point de vue de l’IDH est restée une préoccupation majeure pour le Gouvernement, le Président de la République ayant décidé de prendre en charge lui-même le dossier avec la création d’un Comité Interministériel présidé par le Premier Ministre Brigi Rafini et qui a pour mission d’assurer le suivi de l’évolution de l’IDH du Niger, tout en proposant les mesures à prendre afin que le rang du Niger soit amélioré de manière substantielle et dans les meilleurs délais.

L’INS assure le Secrétariat Permanent de ce comité appelé à produire régulièrement des rapports sur l’évolution des différentes composantes de l’IDH et à suivre de manière régulière toutes les actions que les départements ministériels mettent en œuvre.

L'IDH, note-t-on, est un indice composite du PNUD qui mesure la qualité de vie moyenne de la population d'un pays. Théoriquement, l'indice va de 0 à 1. Il tient compte de trois dimensions du développement humain que sont la santé, le niveau de scolarisation et le revenu par habitant.

Moctar Ahameyed