Le Président de la République Issoufou Mahamadou rencontre les participants à la réunion des Ministres des Finances de la zone "franc"

D2z65i6W0AAiXg7.jpg

Le Président de la République, Chef de l’Etat SEM Issoufou Mahamadou a rencontré, ce jeudi 28 mars 2019 en début d’après-midi, les participants à la réunion des Ministres des Finances de la zone "franc" que Niamey a abritée du 27 au 28 mars.

A l’issue de l’entrevue avec le Chef de l’Etat, le Ministre béninois des Finances et président du Conseil des Ministres de l’UEMOA, M. Romuald Wadagni a expliqué à la presse qu’ils sont venus lui rendre compte des sujets qu’ils ont débattus. Selon lui, le Président Issoufou Mahamadou a encouragé l’ensemble des ministres présents à Niamey à poursuivre les efforts pour le respect des critères de convergence parce que nécessaire pour la stabilité de la zone, mais également pour le projet de monnaie unique de la CEDEAO.

Notons que la réunion de Niamey est essentiellement axée sur l'état d'avancement des réformes engagées par les pays membres de la zone franc pour sortir du contexte économique assez difficile qu'ils traversent depuis la baisse des cours des matières premières en 2014. Il s'agit essentiellement de faire le point sur l'engagement pris par les Etats membres, de rehausser leurs recettes fiscales avec l'objectif toujours maintenu de 20% du PIB à l'horizon 2020, afin notamment de leur permettre de dégager des marges de manœuvre pour soutenir la croissance.

Il est également prévu à l’ordre du jour de cette réunion la mise en œuvre des réformes structurelles convenues avec certains partenaires comme le FMI.

Cette réunion intervient tout de même sous de bons auspices par rapport à 2018, avec notamment un rythme de croissance attendue de 6,8% dans l'espace UEMOA contre 6,6% l'année dernière. Aussi, au sortir de la réunion de Niamey, de nouveaux engagements devraient être pris pour accélérer la cadence des réformes afin de parvenir à une intégration plus poussée des marchés ainsi qu'à diversifier l'économie en misant sur de nouvelles niches de croissance et limiter les risques de dépendance économique et financière extérieure, apprend-on.

 

Moctar Ahameyed