Lancement à Niamey de la phase opérationnelle de la ZLECAf «Aujourd’hui, nous avons un point de départ dans l’agenda 2063 de l’UA », affirme le Président Issoufou Mahamadou

D-6il9pWkAUhNhF.jpg

Lors d’une Conférence de presse conjointe du Président de la République, Champion de la ZLECAf et du Président de la Commission de l’Union Africaine M. Moussa Faki Mahamat suite au lancement de la phase opérationnelle de la ZLCAf, SEM Issoufou Mahamadou a rappelé que la ZLECAF est l’aboutissement du travail de plusieurs générations de panafricanisme.

«Aujourd’hui, nous avons un point de départ dans l’agenda 2063 (de l’UA). Nous avons 55 Etats soit 55 marchés fragmentés avec 84 000km de frontières qui nous séparent. Cela constitue un obstacle au commerce et aux échanges pour les différents pays », a indiqué le Chef de l’Etat.

Les dirigeants africains ont  décidé de sortir de la situation dans laquelle se trouve l’Afrique depuis plusieurs décennies « en brisant les barrières tarifaires et non tarifaires », a déclaré le Président Issoufou Mahamadou.

Pour cela, ajoute-t-il, cinq instruments ont été lancés à Niamey pour rendre opérationnelle la ZLECAf.

Une deuxième décision a été prise par le Sommet de Niamey à savoir  le choix du pays qui devrait abriter le siège du Secrétariat Général de la ZLECAf : il s’agit du Ghana, a-t-il annoncé.

La troisième décision concerne la date du 1er juillet 2020, choisie pour le début des échanges dans la zone de ZLECAf.

« Nous prendrons toutes les dispositions pour qu’à cette date les échanges se fassent dans le cadre de la ZLECAf », a assuré le Chef de l’Etat.

La quatrième décision importante prise à Niamey est l’adoption d’une journée de l’intégration africaine qui sera célébrée le 7 juillet de chaque  année, a-t-il ajouté.

Les Chefs d’Etat ont également discuté de la deuxième phase de négociation qui porte sur les investissements, la concurrence et la propriété intellectuelle où des instructions ont été données aux négociateurs pour qu’elle se termine en décembre 2020, a dit SEM Issoufou Mahamadou.

L’accord  sur la ZLECAF est l’un des accords dont le processus a été rapide depuis la création de l’Organisation de l’Unité Africaine et sa transformation en Union Africaine, a-t-il souligné

Mais la ZLECAf n’est pas un projet isolé, c’est un projet parmi tant d’autres de l’agenda 2063 qui a beaucoup de projets phares portant sur les infrastructures (terrestres, aéroportuaires, ferroviaires, maritimes, énergétiques, de télécommunication etc.), a-t-il précisé.

Il est évident qu’on ne peut pas développer le commerce interafricain sans développer l’industrie ; la mise en place du plan de développement de l’Afrique dans l’agenda 2063, a encore souligné le Chef de l’Etat.

Ce sont tous ces projets emblématiques qu’il va falloir mettre en œuvre en parallèle avec la ZLECAf, a expliqué le Président de la République.

D-39QZOX4AIqJJ1.jpg
Moctar Ahameyed