Le Président Issoufou Mahamadou a participé jeudi à Ouagadougou à la cérémonie de clôture de la Conférence Régionale sur la chenille légionnaire d’automne au Sahel et en Afrique de l’Ouest

IMG-20190912-WA0046.jpg

Le Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou, Président en Exercice de la CEDEAO et Président du Comité de Haut Niveau sur la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle de l’UEMOA a participé jeudi en fin d’après-midi, 12 septembre 2019, à Ouagadougou, à la Cérémonie officielle de clôture de la première Conférence Régionale sur la chenille légionnaire d’automne au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Cette cérémonie a été présidée par le Président du Burkina Faso, SEM Roch Marc Christian Kaboré, Président en exercice du CILSS et du G5 Sahel, en présence notamment des responsables des partenaires du CILSS et du Ministère burkinabé de l’Agriculture dans l’organisation de cette Conférence. Il s’agit de la FAO, de la CEDEAO, de l’UEMOA, du G5 Sahel, de l’Union Européenne et de l’Union Africaine.

La rencontre qui s’est déroulée du 12 au 14 septembre 2019 dans la Salle des Banquets de Ouaga 2000, a pour thème : Invasion de la chenille légionnaire d’automne au Sahel et en Afrique de l’Ouest : Etat des lieux, solutions et ressources mobilisables pour combattre le fléau.

La cérémonie de clôture a été marquée par la lecture du Rapport de Synthèse des travaux de la Conférence, de la recommandation spéciale, de la Déclaration de Ouagadougou, du discours du Président Issoufou Mahamadou et celui de clôture du Président Roch Marc Christian Kaboré.

A l’entame de son intervention, le Président du Burkina Faso a témoigné « ma profonde gratitude à mon cher frère, SEM Issoufou Mahamadou, Chef de l’Etat de la République sœur du Niger d’avoir voulu marquer de sa présence » la clôture de la première conférence régionale sur cet insecte ravageur.

Auparavant, le Chef de l’Etat, a dans un discours, a réitéré ses remerciements à son homologue du Burkina Faso pour l’avoir convié à cette conférence régionale dont « la pertinence et l’opportunité sont si évidentes du fait de son objet car il s’agit de trouver des solutions à une menace jusque-là inconnue et qui risque de compromettre tous nos programmes de développement agricole et par conséquent la résilience de nos populations rurales. »

IMG-20190912-WA0047.jpg

Soulignant que les agronomes et les agriculteurs de la région africaine sont désarmés face à cette chenille, le Président Issoufou Mahamadou a dit que cet insecte ravageur risque de compromettre toutes les politiques agricoles mises en place dans les pays africains. « Et l’Afrique, a-t-il dit, continuera à importer le riz d’Asie, le mais d’Amérique Latine et le sorgho d’Amérique du Nord pour nourrir sa population.»

Face à la menace de la chenille au Niger, « nous avons décidé d’élaborer dès octobre 2018, un Plan d’Action », a indiqué le Président Issoufou Mahamadou.

Le Chef de l’Etat a précisé que ce plan est axé sur plusieurs mesures, entre autres : former et sensibiliser les agents d’agriculture et les producteurs sur l’émergence de la chenille légionnaire d’automne en tant que nouvel insecte ravageur ; prospecter et surveiller les cultures attaquées ; collecter des chenilles et approfondir les connaissances sur le cycle biologique de l’insecte.

Moctar Ahameyed