Mot introductif de son excellence monsieur Issoufou Mahamadou, président de la république du Niger, chef de l’État, à l’ouverture du forum des investisseurs privés

Mesdames et Messieurs, Chers amis,
Je voudrais souhaiter la bienvenue et exprimer les remerciements du peuple nigérien  aux participants à la présente session du Forum des investisseurs, organisé dans le cadre de la Conférence de la Renaissance pour la mobilisation des ressources financières nécessaires à la mise en œuvre du Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2017-2021 du Niger.
Comme je le disais hier à l’ouverture des travaux de la Table Ronde, ma profonde conviction est qu’une croissance économique dynamique et génératrice d'emplois décents, source de transformation structurelle de notre économie, exige la modernisation et la dynamisation du secteur privé.
Cette dynamisation passe nécessairement par l’inversion de la tendance actuelle où le secteur privé moderne ne crée qu’un emploi sur quatre au Niger.
C’est cette ambition que porte le PDES 2017-2021.
De manière concrète, il s’agira d’instaurer un véritable partenariat stratégique entre l’Etat et le secteur privé de nature à permettre à notre pays de réussir le passage d’une économie quasi agraire à une économie post agraire seule à même de créer de manière durable et soutenue les richesses et les emplois permanents et décents indispensables pour l’épanouissement économique, social et culturel de notre peuple.
Pour la réussite de ce partenariat stratégique, nous sommes conscients que l’Etat a un rôle majeur à jouer par la création des conditions en vue de la promotion du secteur privé. C’est dans cette perspective que le Plan de Renaissance prévoit des réformes ambitieuses à réaliser. Il s’agit principalement de la consolidation du cadre macro-économique et financier, du renforcement de la gouvernance, de la paix et de la sécurité, de l’amélioration du climat des affaires, du développement des infrastructures de base de qualité ainsi que de l’insertion harmonieuse dans la dynamique d’intégration économique régionale.
Aujourd’hui, je puis vous assurer, en dépit d’un contexte sécuritaire difficile, que la sécurité des personnes et des biens est garantie au Niger grâce aux efforts fournis pour renforcer les capacités de nos forces de défense et de sécurité. C’est ce que confirme un sondage de l’Etude Nationale d’évaluation d’Indicateurs Socioéconomiques et Démographiques organisée par L’INS, sondage dans lequel  81% des personnes interrogées se disent satisfaites de la situation sécuritaire qui prévaut dans le pays, en milieu urbain comme en milieu rural. Aussi, plus de 77% de ces personnes ont-elles émis des avis favorables sur la forte capacité de l’Etat à protéger les personnes et les biens. Notre région sera davantage sécurisée grâce à la mise en place de la force conjointe du G5 sahel. Aujourd’hui, on peut investir  au Niger,  exploiter et rentabiliser ses investissements en toute sécurité.

 

Au plan macro-économique, les performances enregistrées depuis 2012, illustrées par un taux moyen de croissance annuelle de 6,7%, seront consolidées avec des prévisions de croissance  sur la période du PDES 2017-2021  de 7,3% en moyenne. Cette croissance sera soutenue par tous les secteurs : primaire, secondaire et tertiaire. Le taux d'investissement de 24,4% en moyenne sur la période 2000-2010, sera porté à un niveau élevé de près de 33% sur la période du PDES grâce l’effort attendu du secteur privé.
Le climat des Affaires, pour lequel le Niger est considéré comme un des pays les plus réformateurs sera davantage amélioré. Du reste je continuerai à présider personnellement les réunions du Comité chargé de la mise en œuvre des réformes y relatives. Cette dynamique de réformes sera accélérée car mon objectif est de placer le Niger dans le top 5 des pays africains et parmi les 50 meilleures économies à l’horizon 2021 dans le classement Doing Business. Un plan d’actions à court et à moyen terme est mis en œuvre avec l’appui des partenaires techniques et financiers. Dans ces conditions, je demeure convaincu que cet objectif est à notre portée.
Nous sommes absolument déterminés à poursuivre et à intensifier les efforts pour améliorer le climat des affaires et promouvoir une plus grande participation du secteur privé à l’économie, notamment en supprimant les goulots d’étranglement qui lui font obstacle et en assurant une égalité des chances pour tous les investisseurs.
De même,  d’importantes réformes sont mises en œuvre pour garantir la sécurité juridique, par le renforcement l’efficacité, l’impartialité et l’indépendance du système judicaire. Tel est le sens de la création du tribunal de Commerce de Niamey, qui en moins d’un an, a fait preuve de son efficacité.
En outre, pour permettre aux investissements privés de prospérer, des amendements ont été apportés au  Code des investissements, au code d’électricités et au code minier. En matière d’énergie, des investissements importants sont en cours pour augmenter significativement notre capacité de production, de transport et de distribution de l’électricité pour mieux répondre aux besoins de notre pays mais aussi exporter vers les pays voisins.
Nous avons massivement investi dans l’éducation, la formation professionnelle et technique et les technologies de l’information et de la communication, qui sont des vecteurs incontournables pour le développement économique et le développement des investissements privés.
Mesdames et Messieurs,
Je voudrais mettre un accent particulier sur l’économie numérique compte tenu de son importance dans la création d’immenses opportunités  d’investissements. En effet, nous sommes déterminés à créer un environnement favorable à l’éclosion d’une Economie Numérique Nationale inclusive et compétitive. Des actions stratégiques sont d’ores et déjà prises dans ce sens et consistent :
- à créer un cadre d’incitation et de promotion de l’entrepreneuriat jeunes dans les activités TIC, qui aura pour mission la restructuration de l’économie numérique en vue d’accroître sa part dans la structure du PIB ;
- à parachever la construction de la dorsale nationale et des interconnexions internationales en fibre optique en vue d’assurer aux consommateurs un meilleur accès aux services de qualité et un accès dans les huit chefs-lieux de région de notre vaste pays et de soutenir le secteur privé à travers la création de plusieurs incubateurs d’entreprises ;
- à développer des contenus et applications adaptés aux besoins des populations notamment dans les domaines de la santé, de la gestion, de la communication et de l’agriculture;
- à renforcer les capacités des ressources humaines sur tous les aspects de l’Economie Numérique en commençant par en faire une priorité de la formation professionnelle continue ;
-à introduire dans l’enseignement primaire et secondaire l’utilisation des nouvelles technologies de l’information avec une gratuité de la connexion internet dans les universités.
Le Niger est depuis peu, membre de l’Alliance Smart Africa, Alliance qui fait la promotion des TIC et de la jeunesse, Alliance au sein de laquelle nous comptons jouer un rôle très actif à travers le lancement de l’initiative “Village Intelligent”. Cette initiative vise notamment à réduire de façon significative la fracture numérique qui existe entre nos villes et nos villages, où vivent plus de 80% de notre population.
Mesdames et Messieurs, chers amis,
Je ne saurais passé sous silence notre ambition de modernisation du monde rural, comme second pilier important du plan de la renaissance, qui portera sur l’utilisation de techniques culturales modernes, l’accès à l’eau, aux chaines de valeur des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques en ligne avec les orientations de l’Initiative 3N, à l’énergie, aux infrastructures et services économiques tels que les TIC, aux crédits, à l’artisanat. Avec un secteur agricole plus productif et un développement des infrastructures de base, il est attendu l’émergence d’une économie dynamique capable d’offrir les opportunités aux investisseurs dans lesquelles les initiatives privées et partenariat public-privé pourraient voir le jour. Notre ambition est d’accroître la valeur ajoutée de nos produits de base exportés.
Le Niger est résolu à tirer le meilleur parti de son appartenance aux organisations d’intégration régionale et sous régionale que sont la CEDEAO et l’UEMOA, à travers  un vaste marché régional. C’est pourquoi, nous nous attelons, en collaboration avec les autres Etats, à la réalisation d’infrastructures à caractère régional telles que le projet de la boucle ferroviaire Cotonou/Niamey/Ouagadougou/Abidjan qui permettra, le développement des échanges économiques dans la région et le désenclavement de nos pays, d'exploiter toutes leurs potentialités économiques, d'améliorer la compétitivité de nos économies, grâce à la baisse des coûts de transport, et par suite, des coûts de production.

 

Mesdames et Messieurs,
Toutes les réformes que nous conduisons pour l’amélioration du climat des affaires, le recentrage de l’Etat sur ses fonctions régaliennes, la mise en œuvre de la directive de l’UEMOA relative au budget programme, le développement des chaines de valeurs des produits minier et pétrolier ainsi que les agro-industries et les infrastructures et services économiques vont concourir à l’accélération de la croissance dans le pays.
Au cours de ce forum des investisseurs privés, vous échangerez en profondeur sur les réformes pour l’amélioration du climat des affaires réalisées par le gouvernement ainsi que les opportunités d’affaires, plus particulièrement dans les domaines de l’agro-industrie, des industries extractives, des infrastructures énergétiques, des transports et de télécommunications.
Les éclairages qui vous seront donnés au cours de cette journée vous amèneront, je le souhaite ardemment, à vous engager résolument à nos côtés pour investir massivement au Niger. Les nigériens vous attendent avec leur hospitalité légendaire.
Sur ce, je déclare ouverts les travaux du forum des investisseurs dans le cadre de la  conférence de la Renaissance du Niger.
Je vous remercie !

 

Moctar Ahameyed