Allocution du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou à l'occasion de visite officielle du Président du Conseil italien des Ministres

IMG_0923.jpeg

Monsieur le Président du conseil,

Le Gouvernement et le peuple du Niger s’honorent de vous recevoir à Niamey pour votre premier déplacement officiel en Afrique Subsaharienne.

Nous vous en savons gré tout comme je vous sais gré de m’avoir permis, au mois de juin dernier, d’être le Premier Chef d’Etat Subsaharien à vous rencontrer à Rome aux lendemains de votre prise de fonction.

Je voudrais saluer l’ouverture, toute récente, d’une Ambassade de l’Italie au Niger et relever que, de tous les 22 Etats de l’espace Schengen, l’Italie est le seul pays qui a conclu avec le Niger un Accord bilatéral de dispense de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques ; une preuve supplémentaire de la qualité de nos relations.

Par ailleurs, le Niger fait partie des pays de concentration de priorité 1 de l’aide au développement de votre pays en faveur de l’Afrique Sub-saharienne : notre pays a reçu 40% de cette aide au cours de ces 3 dernières années.

 

Monsieur le Président du Conseil,

Votre pays a toujours été aux côtés du Niger et de son peuple et cela depuis les premières années de notre indépendance. Ainsi, l’Italie a résolument appuyé les efforts du Gouvernement nigérien pour son développement, notamment dans les domaines de l’agriculture, de la lutte contre la désertification et la restauration des terres dégradées, au moyen d’interventions massives comme ça a été le cas de l’emblématique projet de développement de l’Ader-Doutchi-Maggia dit Projet Keita, que nous considérons comme un exemple de réussite. Votre pays nous apporte également son soutien dans les secteurs de l’éducation, de la formation professionnelle et technique, des infrastructures, de l’eau, de la santé et de l’autonomisation des femmes. Ces dernières années, notre coopération s’est étendue à la lutte contre le terrorisme et les organisations criminelles, notamment celles qui opèrent dans le trafic des migrants.

Je souhaite une amplification des relations entre le Niger et l’Italie dans tous les domaines que je viens d’évoquer.

Dans le secteur du développement rural, nous souhaitons un renforcement de soutien à l’initiative 3N, les Nigériens Nourrissent les Nigériens, particulièrement s’agissant de la maitrise de l’eau, de la mise en place de la maison du paysan qui approvisionne les producteurs en intrants, de la défense et de la restauration des terres, ainsi que l’appui a la mise en œuvre du programme Kandadji.

S’agissant de l’autonomisation de la femme, nous attachons une attention particulière à la scolarisation de la jeune fille, au moins jusqu'à l’âge de 16 ans, ce qui nous permettra, non seulement de mettre fin aux mariages forcés, aux mariages et grossesses précoces, mais contribuera à créer les conditions de la transition démographique, objectif que concourt aussi à réaliser notre programme relatif à la santé de la reproduction.

S’agissant de l’éducation et de la formation professionnelle et technique, notre objectif est, d’ici 2021, d’orienter 40% de nos enfants vers les centres de formation professionnelle et technique et 60% vers l’enseignement général, contre respectivement 25 et 75% aujourd’hui.  La coopération avec l’Italie peut nous permettre de réaliser cet objectif.

S’agissant de la sécurité, je voudrais vous faire noter la disponibilité du Gouvernement nigérien à établir et à faire fonctionner avec l’Italie une synergie opérationnelle en matière de lutte contre le terrorisme, l’immigration clandestine, le trafic en tout genre, en application notamment :

-          de l’Accord de coopération en matière de défense signée Rome le 26 septembre 2017 ;

 

-          de l’accord de coopération en matière de sécurité et ;

 

-          du Mémorandum d’Entente pour le renforcement de la coopération policière dans le domaine de la lutte contre l’immigration clandestine et les trafics illicites.

Dans ce secteur, nous souhaitons renforcer nos relations bilatérales. Nous souhaitons également un soutien plus accru de l’Italie en faveur de la force conjointe du G5 Sahel et de la Force Mixte Multinationale qui lutte contre Boko Haram dans le Bassin du Lac Tchad. C’est le lieu de saluer votre soutien au Groupe d’Action Rapide de Surveillance et d’Intervention au Sahel (GARCI-SAHEL) et votre intervention à travers EUCAP-Niger. Nous saluons aussi vos initiatives pour une sortie de crise rapide en Libye dont la situation amplifie les menaces qui pèsent sur le Sahel. Nous saluons enfin votre contribution à la mise en place de l’Alliance Sahel et votre annonce de contribution au financement du Plan d’Investissements Prioritaires du G5 Sahel à l’occasion de la conférence de coordination des Partenaires du G5 Sahel du 6 décembre 2018 à Nouakchott.

La lutte contre la migration clandestine est une autre préoccupation commune à nos deux pays. Pays de transit de migrants, le Niger met en œuvre un plan de lutte contre la migration clandestine depuis bientôt 2 ans. La mise en œuvre de ce plan a permis de réduire le flux de migrants passant par le Niger de 150.000 à environ 10.000 par an. Nous devons, comme nous en avons convenu à la Valette, nous attaquer aux causes profondes de la migration clandestine, notamment la pauvreté. La lutte contre celle-ci suppose le développement économique. Elle suppose que l’Afrique cesse d’être un simple réservoir de matières premières. Elle suppose que l’Afrique s’industrialise. C’est pourquoi, nous saluons l’adoption par l’Union Européenne du  Plan d’Investissements Extérieurs. Nous souhaitons que l’Italie plaide pour que des ressources importantes de ce Plan soient orientées vers l’Afrique. C’est le lieu de mentionner l’importance du secteur privé européen, notamment italien, pour le développement de l’Afrique. Le Niger fait beaucoup d’efforts en matière de climat des affaires. Son économie est dynamique avec un taux de croissance annuel moyen de 7% pour les 5 prochaines années. Nous souhaitons partager cette croissance avec les opérateurs européens, notamment italiens.

Monsieur le Président du Conseil,

En vous renouvelant tous mes remerciements, je fonde l’espoir que les relations entre nos deux pays continueront à se développer et à se diversifier dans l’intérêt bien compris de nos deux peuples.

Je vous remercie

LA RINGRAZIO INFINITAMENTE

Moctar Ahameyed